Les bienfaits du Qi Gong et du Tai Chi

Pour comprendre l’importance de ces deux pratiques, il faut savoir qu’elles forment ensemble l’une des 5 branches de la médecine traditionnelle chinoise !

Le Qi Gong : qu’est-ce que c’est ?

Le Qi Gong est une pratique Chinoise incluant des exercices de postures et un apprentissage de mouvements dynamiques. Il est utilisé afin de renforcer l’énergie vitale tout en assouplissant le corps.

C’est un enchaînement de mouvements lents basé sur la concentration et la respiration. Il s’exerce surtout debout, mais pour la partie de méditation le Qi Gong peut se faire aussi assis ou allongé sur un tapis. Autrement dit « méditation en mouvement », le Qi Gong vous permettra de découvrir votre source d’énergie, et vous serez également en mesure de travailler sur votre ressenti et votre contrôle.

Le saviez-vous ? : Dans la philosophie chinoise, l’énergie est la base de la vie. Elle circule en chacun de nous et est une source d’échange et de partage avec son entourage.
Le Qi Gong est donc très important dans la culture Chinoise car il permet de rééquilibrer l’énergie positive et négative qui ne peuvent exister l’une sans l’autre, tel le Yin et le Yang!

En d’autres termes, le Qi Gong est une philosophie de vie, une manière de se situer dans l’univers, une façon d’améliorer le rapport à soi-même ainsi qu’aux autres.

Le Tai-chi-chuan : qu’est-ce que c’est ?

Le Tai-chi est un art martial Chinois, qui s’appuie sur un ensemble de mouvements lents en continus de formes arrondies. La lenteur des mouvements permet de déceler les divers blocages mais également de ressentir le courant énergétique.

Cette pratique mêle un jeu d’alternance des bras et des jambes basé sur l’équilibre des forces du Yin et du Yang de la pensée chinoise.

Cet art martial s’exerce en posture verticale. Les déplacements sont guidés par le mouvement des mains, qui dirige l’énergie pour permettre au corps de trouver son centre de gravité. L’essence même de cette pratique réside dans la recherche de l’équilibre de deux pôles, le Yang issu du ciel, et le Yin issu de la terre.

Le saviez-vous ? : Lors des « poussées », l’énergie est tout d’abord concentrée dans le « dantian », un des centres fondamentaux du corps (au niveau du nombril). Une fois libérée, l’onde de choc propagée est perçue par celui qui la reçoit comme un coup de fouet ! On appelle cela faire « jaillir la force ».

En d’autres termes le Tai-chi-chuan puise sa force des « racines » que constituent les pieds car ce sont eux qui, dans la majorité des cas, amorceront la poussée que transmettra la main.

Les bienfaits de ces pratiques millénaires :

Au niveau physique :

• Aident au contrôle de l’hypertension

• Réduisent les risques de maladies cardiovasculaires

• Améliorent la souplesse

• Améliorent le sommeil

• Réduisent le risque de chute et améliorer l’équilibre des personnes âgées

• Permettent d’augmenter la vitesse de marche

• Renforcent le système immunitaire

• Aident les femmes ayant surmonté un cancer du sein à améliorer leurs capacités fonctionnelles

Pour notre inconscient elles permettent :

• d’améliorer la santé mentale et le bien-être psychologiques

• d’aider à l’estime de soi

• d’atteindre une sérénité et le lâcher prise

Pour aller plus loin…

Si ces pratiques vous intéressent, nous proposons un large choix de stages pour les découvrir ou les approfondir et pouvoir les pratiquer régulièrement chez soi par la suite :

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles peuvent vous intéresser

ayurvéda
Thérapies alternatives

Qu’est ce que l’Ayurveda ?

L’Ayurveda, la science millénaire de la vie, est une source de sagesse qui nous enseigne comment cultiver une vie équilibrée

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient traitées par VAWANDA dans le cadre de ma demande de contact et de la relation commerciale qui peut en découler.
Conditions d’annulation Uptati aborionsed moluptatur, aut eaquibero is expelis eate repernam que volor alibus quae cullate non nossuntor min earions eritas dolupti beari quas ma dolorion res sit esciiscipsam labo.• Si le séjour n’est pas confirmé Illanda am simet odi odit, odit ent endae voluptiant qui qui cone porrovi temporenis velibusci dita vendi del moluptate eum sae nonsequi rectior epellab oresed enitatem qui iditati isquas restemod qua